Le 16 février 2019, à Los Angeles, une équipe colorée de bleu foncé, de jaune et de rouge monta sur la scène. Quatre français, un anglais et un islandais prêts à donner leur maximum. Face à eux, un adversaire non sans palmarès : London Spitfire, les champions en titre. Paris Eternal devait montrer que l’Europe était capable des plus grands exploits. Alors, le pari est-il réussi ?

Voyons un peu ce qu’il s’est passé. Permettez-moi juste de recharger mon Six Coups. Sur chaque balle, un fait. A chaque tir, une analyse. Allez, il est temps de bien viser : c’est parti pour le Six Coups de Paris Eternal contre London Spitfire ! 🔫

💥🔫 La ville lumière s’est Ă©teinte, Guard est le coupable

On s’attendait à voir beaucoup de GOATS, et c’est le cas. La composition reste forte malgré les récents changements, mais n’est forte que sur certaines cartes. Selon les circonstances, la dive ou la double sniper sera préférée. C’est dans ce cas précis qu’on connaît Paris Eternal : une équipe entièrement européenne était attendue au tournant en GOATS, et c’est normal : la meilleure GOATS au monde se trouvait en Europe et ravageait diverses équipes d’un battement d’aile d’aigle.

Cet aparté effectué, intéressons-nous à comment gérer ce genre de GOATS. Causer du trouble à Paris, c’était le rôle de Guard : sur King’s Row et Route 66, il fut envoyé dans la bataille pour jouer Sombra, et son efficacité sur King’s Row fut remarquée et sentie, littéralement. Guard a été un véritable obstacle pour l’attaque parisienne qui tentait de prendre du terrain alors que Londres était à domicile et s’octroie une place très haute dans le classement des IEMs chargés les plus rapidement.

Paris manquait d’attention par rapport à cette Sombra et Finnsi fut piraté à de nombreuses reprises, ouvrant la voie à de nombreuses victoires en fight pour des Londoniens à la gâchette facile, n’ayant pas à se soucier d’une Matrice défensive. La preuve que cette Sombra était un facteur clé pour Londres : sa mort a causé la perte du premier point pour London, mais ça, on en reparlera plus tard… En tout cas, Guard a été le MVP de King’s Row et l’une des principales raisons de l’égalisation à la mi-temps.

💥🔫 NiCoGDH à la pêche aux Sombras

On a vu la puissance du pick Sombra, maintenant il est question de savoir COMMENT la tuer. Vous connaissez le spy check ? Dans le FPS de Valve Team Fortress 2, il s’agit d’une pratique consistant à tirer ABSOLUMENT PARTOUT pour débusquer un Spy invisible. La logique est la même pour le personnage de Sombra dans Overwatch, et Brigitte, avec son fléau, est un très bon candidat pour attraper des moustiques comme notre chère mexicaine. L’impact d’une Brigitte en GOATS est assez fort : son soin passif de zone permet aux tanks de rester en vie plus longtemps et sa Charge de Bouclier est un outil de punition parfait qui permet des ouvertures comme une charge ou simplement poser une Orbe de Discord sur un tank pour le détruire juste après.

Un autre travail de Brigitte donc est de faire en sorte que personne ne s’approche trop des tanks et supports, et Ă  plusieurs reprises NiCoGDH prit Guard la main dans le sac. Parfois, la Sombra restait en vie, mais mĂŞme dans ce cas de figure, le travail Ă©tait dĂ©jĂ  fait car pendant plusieurs secondes l’équipe n’avait plus Ă  se soucier de la pression de cette dernière. NiCoGDH s’en est donnĂ© Ă  coeur joie et s’est amusĂ© avec…

Sur ce match, il a été l’homme de l’ombre, mais un homme de l’ombre très efficace. Connu pour sa grande flexibilité, il a montré qu’il était capable de rivaliser avec les plus grands en Brigitte, et dans les semaines à venir, il risque de montrer cela sur d’autres personnages


💥🔫 Des parisiens aux yeux plus gros que leur ventre

Direction Volskaya pour mes trois prochains tirs ! Sur cette première balle, j’ai constaté que Paris était composé de gens très gourmands… La défense du second point se passait très bien pour les tricolores, il ne restait plus que trente secondes. De manière à empêcher London de mettre les pieds sur le point et d’activer les prolongations, SoOn s’est caché de manière à piéger les Anglais dans une Orbe à Gravitons. Un pari très risqué puisque si la Graviton rate, le fight est automatiquement perdu. C’est l’inverse qui s’est produit : son Orbe à Gravitons toucha tous les joueurs de London à une distance relativement éloignée du point.

Tous ? Non. Sauf un, et pas n’importe qui.

La situation s’était déjà produite sur Ilios, et rebelote en plus violent : Nus se faufile derrière les lignes défensives de Paris et active les prolongations, permettant à London de gagner de précieuses secondes. L’Orbe à Gravitons de SoOn a été contrée par la Transcendance de Bdosin. Derrière ce play défensif, NiCoGDH a mangé une charge de Gesture et les anglais arrivent sur le point en cinq contre six. Paris, essoufflé, se devait de contester le point tant bien que mal, mais c’est finalement London qui s’en sortira vainqueur en complétant Volskaya en prolongations.

Le simple fait que Nus touche le point en mode furtif gagne le round pour Spitfire : sans cela, la partie se serait arrĂŞtĂ©e directement pendant l’Orbe Ă  Gravitons et le chat aurait spammĂ© « C9 LUL » comme Ă  son habitude (mĂŞme si ce n’est pas une vraie C9 mais passons). Passons Ă  l’attaque de Paris…

💥🔫 SoOn, l’homme de la situation sur Volskaya

Les cartes Assaut possèdent une règle que j’appelle “la situation d’égalité garantie”. London n’a pas une seule seconde de temps restant, et si Paris finit la carte avec plus d’une minute restante, London ne pourra plus gagner celle-ci et devra défendre pour essayer de forcer une égalité.

Dans les cartes Assaut, un effet boule de neige existe et il peut être très violent. A la suite d’une première capture relativement propre, Paris possédait dans sa sacoche des ultimes très importants. Ils sont utilisés à bon escient pour bien entamer la capture du second point. London était en train de réapparaître et Paris a voulu sanctionner cela en allant directement bloquer la porte du point de réapparition. A ce moment précis, on a cru à un excès de zèle côté parisien qui subit deux pertes majeures. Mais SoOn avait son mot à dire et finalement, nous nous sommes tous trompés

Car oui, en backstage, SoOn a eu le temps de s’offrir une seconde Orbe à Gravitons. Celle-ci arrêta la contestation de Gesture sur le Bouldozer et avec un tracking parfait, sa Zarya a brûlé Nus vif. Plus aucun anglais en vue : le point était pris. Mais il y a un autre détail à regarder sur le prochain tir.

💥🔫 BenBest, le bouclier de la patrie

Pour finir sur cette attaque parisienne, parlons du main tank français : BenBest. S’il a été repéré pour ses Chocs sismiques monstrueux sur Ilios et King’s Row, il a eu sur Volskaya un rôle de protecteur. Car tel un garde du corps, il fit opposition à une bombe de Fury, et honnêtement ça se joue au centimètre près…

La mort de Kruise aurait pu changer tout le cours de la fight : dans l’assaut qui suivait la prise du premier tick, son Mur du son permet à Paris de tenir tête dans l’Orbe à Gravitons de Birdring et de sauver la vie de SoOn. Imaginez la perte de ce Lucio et Paris qui tente quand même l’agression : tout le monde serait mort dans l’Orbe à Gravitons et le fight aurait été remporté par London.

Mais ça, c’est le bad ending. Le true ending, c’est que SoOn a dĂ©glinguĂ©. Mais il n’y avait pas que lui.

💥🔫 “J’aime bien quand y a de la grosse dĂ©glingue et que tout le monde meurt” – HyP, le MVP du match

Pour bien finir ce chargeur, parlons d’un joueur en particulier, et pour être précis, mon MVP : Damien “HyP” Souville.

Ancien joueur de GamersOrigin et de Eagle Gaming, les amateurs d’Overwatch en Europe connaissaient ce nom : en France, HyP est aux côtés d’uNKOE parmi les meilleurs flex supports qu’on puisse trouver en Europe. En arrivant sur la scène de la Blizzard Arena, il n’avait rien à perdre et tout à gagner : il a tout gagné.

HyP a remporté des fights à lui tout seul ou a été un contributeur massif dans certains, en finissant de nombreux frags et en trouvant des entry picks massifs. Tout à l’heure, je parlais de Guard problématique en Sombra, mais HyP ne s’est pas laissé faire ! Sur King’s Row, avec l’aide de Kruise, une Orbe de destruction a fracassé le crâne de cette Sombra.

Sur Route 66, HyP était tellement un danger que Guard lui a fait une éloge en lui réservant un IEM rien que pour lui… sans succès. Une bonne utilisation du décor et un pack d’armure de NiCoGDH a garanti sa survie.

Et toujours sur cette carte, lors de l’attaque de Paris en difficulté dans la dernière phase du hangar, une Graviton bien placée n’a eu aucun effet car HyP est arrivé à point nommé pour sauver toute son équipe avec sa Transcendance. Le point a été donné sur un plateau d’argent par cet ultime du Zenyatta tricolore.

Si la majorité des joueurs de Paris ont été très performants, HyP a été pour moi celui qui m’a le plus impressionné : le monde sait désormais à quoi s’attendre avec ce joueur spécialiste de la déglingue.

Victoire de Paris 3-1 à la suite d’un full hold sur Route 66. Grosse performance des deux équipes, un match qui a tenu toutes ses promesses !

Bien, j’ai tirĂ© toutes mes munitions !  Il va falloir que je recharge, mais cela devra attendre un prochain match d’Overwatch League ! A bientĂ´t !